entete

DE LA RECHERCHE A LA FORMATION

Nous avons créé ce blog dans l'intention de faire connaître les travaux de recherche en didactique de la géographie. Notre objectif est également de participer au renouveau de cette discipline, du point de vue de ses méthodes, de ses contenus et de ses outils. Plus globalement nous espérons que ce site permettra d'alimenter les débats et les réflexions sur l'enseignement de l'histoire-géographie, de l'école à l'université. (voir notre manifeste)

samedi 15 février 2020

L'aventure de la géographie - n°559 des Cahiers Pédagogiques

Dossier coordonné par CHRISTOPHE DUHAUT ET ALEXANDRA RAYZAL
Février 2020
Comment faire aimer et étudier une géographie vivante, qui ait du sens, qui permette de comprendre le monde et d’y agir en citoyens actifs ? Comment, de la maternelle à l’université, faire entrer nos élèves dans les deux dimensions fonctionnelle et symbolique de l’espace à travers des démarches prospective et imaginaire ?
https://librairie.cahiers-pedagogiques.com/fr/revue/789-l-aventure-de-la-geographie.html


Ouverture

J’aimerais tant voir Syracuse Olivier Lazzarotti

Réenchanter la géographie par l’imaginaire et les cinq sens

Regarder autrement le territoire David Bédouret
Alerte jaune Nathalie Heuschling, Florence Hubin
Penser avec ses pieds Clélie Charlet
L’acteur, c’est le paysage Eudes Girard
Au bout du monde Youri Tinard
Vu d’ici, cela ne va pas être simple Christine Cauhapé
La musique des espaces Pascale Goday, Virginie Vigreux
La ligne bleue Christine Demetz-Van Torhoudt, Éric Jeanjean
Au premier éléphant, c’est l’Afrique ! Yannick Mével
La question de l’épaisseur Benoit Bunnik
@MikeRostand existe-t-il ? Sébastien Lambert

Expérimenter l’espace pour mieux l’habiter

L’ailleurs en partage Christophe Meunier
Contre vents et marées Catherine Didier-Fèvre
Peut-on vivre sans carte ? Jean-Pierre Fournier
Diriger un territoire, ce n’est pas du tout facile Denis Sestier
Recherche maison ou appartement Sophie Gaujal, Caroline Leininger
L’espace dans tous les sens Christophe Duhaut
La remontada Anne Filipiak

Envisager d’autres mondes, vers une géographie citoyenne

Construire l’avenir Laurence Fouache, Sonia Laloyaux
La parenthèse imaginaire Sylvie Considère
Regards vers le futur David Bédouret, Raphaël Chalmeau, Marie-Pierre Julien, Jean-Yves Léna, Christine Vergnolle Mainar, Anne Calvet
Et si on creusait un canal ? Florian Pons
Occupation de friches et troc de ressources Collectif
Manger des insectes ? Claire Dreyfus, Marie-Camille Fourcade
Comment bien rater sa séquence en géographie Alexandra Rayzal
Technocréativité Christine Faller

À lire sur le site :



mercredi 29 janvier 2020

« La formation initiale des professeurs d’histoire-géographie : Un objet frontière entre recherche et pratique ? »

Journée d’étude

« La formation initiale des professeurs d’histoire-géographie : Un objet frontière entre recherche et pratique ? »


Mercredi 25 mars 2020, Université Paris-Nanterre, SUFOM

Matinée
8h45 - Accueil des participants

MATIN 9h30-12h30 - REGARDS DE CHERCHEURS


Ouverture de la journée par Florent Le Bot, directeur adjoint de l’INSPE de l’académie de Versailles – IDHES Evry : « La recherche et le terrain. Les terrains de la recherche ? »


1. Le regard de didacticiennes sur l’histoire et la géographie.


« Former à la recherche en didactique : levier de formation professionnelle », Caroline LEININGERFREZAL (LDAR, université Paris-Diderot)

« Les recherches en didactique : des ressources pour la formation des enseignants », Catherine SOUPLET (CIREL, université de Lille)

« Regard sur didactique et formation des enseignants au Royaume-Uni », Claire BROOKS (UCL Institute of Education, Londres)


2. Réflexions sur la place de la didactique dans les maquettes de formation MEEF 


Table ronde modérée par Patrick GARCIA (AGORA – Cergy Paris Université, INSPE de l’académie de Versailles)

Olivier CHAÏBI (IDHES Evry -INSPE de l’académie de Créteil) Sylvie CORGIEZ-PETREQUIN (université de Tours, INSPE de l’académie Centre Val de Loire) Bénédicte GIRAULT (AGORA Cergy Paris Université – INSPE de l’académie de Versailles) Bertrand JOLIVET (INSPE de l’académie de Paris) Daniel OURMAN (INSPE de l’académie de Créteil)

12h30-14h00 - Buffet sur place

Après-midi 14h00-17h00 - GESTES DE FORMATEURS


Atelier 1. Former à la géographie des professeurs stagiaires 

Florence GIRY (INSPE de l’académie Centre Val de Loire, université de Tours) et Fanny BLET (INSPE de l’académie de Versailles, université d’Evry Val d’Essonne)


Atelier 2. Former à l’enseignement de l’histoire et de la géographie les futurs professeurs des écoles 

Soizic PATRY (INSPE de l’académie de Versailles, université Paris-Saclay) et Christophe MEUNIER (INSPE de l’académie Centre Val de Loire, université de Tours)


Atelier 3. La vidéo comme technique de formation, la vidéo comme matériau de recherche 

François GALLICE (INSPE de l’Académie de Versailles, Cergy Paris Université), Hélène THEVENET (INSPE de l’académie de Versailles -université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines), Arnaud BEILLARD (INSPE de l’académie de Versailles -université d’Evry Val d’Essonne), Yoram AZERAD (INSPE de l’académie de Versailles, université Paris Nanterre)


Atelier 4. Utiliser les cadres théoriques en formation initiale (D. Bucheton et R. Goigoux)


Peggy FOULON (INSPE de l’académie de Versailles - université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines) et Nathalie MUTERO (INSPE de l’académie de Versailles, université Paris Nanterre)
17h00-17h30 - Plénière Restitutions des réflexions des ateliers

17h30-18h00 - Table ronde conclusive. Synthèse de la journée entre recherche et formation modérée par François GALLICE (INSPE de l’Académie de Versailles, Cergy Paris Université) :
Patrick GARCIA, (AGORA, Cergy Paris Université, INSPE de l’académie de Versailles) Guilhem LABINAL (EMA, Cergy Paris Université, INSPE de l’académie de Versailles) Soizic PATRY (INSPE de l’académie de Versailles, université Paris Saclay) Hélène THEVENET (INSPE de l’académie de Versailles - université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines)

Organisateurs : Fanny.Blet@ac-versailles.fr et Francois.Gallice@ac-versailles.fr

Appui à l’organisation : Jean-Charles Geslot INSPE de l’académie de Versailles, IECI-université Versailles SaintQuentin en Yvelines ; Florent Le Bot INSPE de l’académie de Versailles-IDHES Evry ; Sonia Lehman-Frisch INSPE de l’académie de Versailles, SUFOM université Paris-Nanterre.

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment du SUFOM, salles : salle de conférence le matin ; salles 302, 303, 304 de 14h à 17h ; salle de conférence en fin de journée.

Pour vous inscrire, rendez-vous sur le lien suivant : http://acver.fr/25mars


samedi 25 janvier 2020

La session "Echec et enseignement" du séminaire "Géographes en déroute"

Organisé par l'école doctorale de Paris, le séminaire "Géographes en déroute" se propose de mener quelques réflexions sur l'échec dans les recherches en géographie.

A cette occasion, une session sera consacré au volet "enseignement" le 28 février 2020 dans les locaux de l'ENS à Paris.

Le programme est disponible ici et le formulaire d'inscription ici.

mardi 21 janvier 2020

Territorialisation de l’éducation. Tendance ou nécessité

 
Territorialisation de l’éducation. Tendance ou nécessité. Sous la direction de Pierre Champollion (ECP et ESO-Caen). Isté Education.
 
 
Territorialisation de l’éducation revisite de façon inédite et novatrice les nombreuses interactions qui se sont progressivement développées au fil de l’histoire récente, comme plus ancienne, entre territoires-territorialités d’une part et écoles-éducations d’autre part.

S’appuyant essentiellement sur des recherches empiriques originales, l’ouvrage contribue par l’approfondissement, la caractérisation et la spécification des différentes interactions abordées à travers divers types de contexte, à améliorer la compréhension des concepts multifactoriels de territoire et de territorialité qui ne sont pas sans influer sur l’éducation et la formation.

La territorialité constitue un important facteur d’inégalités éducatives qui est encore trop souvent méconnu des sciences de l’éducation et de la formation, particulièrement en matière de projets, de souhaits et de choix d’orientation scolaire et professionnelle.

Plan de l'ouvrage :
 
1. Inscrire géographiquement, historiquement  et symboliquement l’éducation dans le territorial ?
2. Territorialisation des formations des enseignants, des enseignements et des apprentissages ?
3. Différencier les publics en fonction des évolutions des dimensions territoriales ?
4. Déterritorialisation des représentations sociales du territorial et du scolaire liées aux usages du numérique ?

Voir sur le site de l'éditeur (table des matières + intro)
https://www.istegroup.com/fr/produit/territorialisation-de-leducation/


lundi 20 janvier 2020

Des échelles en géographie et de leur usage scolaire


Bénédicte  Tratnjek, sur son blog Enseigner la géographie, propose un article simple et accessible sur les échelles en géographie. Assortie d'une belle infographie, cette mise au point reprend quelques définitions qui permettent d'y voir plus clair sur une notion courante en géographie (et dans d'autres sciences sociales), mais souvent assez mal maîtrisée.

Nous proposons d'assortir cette mise au point de quelques pistes de réflexion qui peuvent être utiles d'un point de vue épistémologique et didactique.




mardi 14 janvier 2020

La traversée des espaces adolescents (soutenance de thèse)

La traversée des espaces adolescents
De l'habiter et de l'expérience du monde. Un projet pour l'enseignement de la géographie.
 

Par Sylvie JOUBLOT FERRÉ

Le mardi 04 février 2020 à 14h00
École Normale Supérieure de Lyon, Amphithéâtre Descartes
15 parvis René Descartes. Lyon 7e

Devant le jury composé de :

Bernier, Xavier, Professeur, HDR, Université Paris-Sorbonne, Paris 1, Rapporteur
Sgard, Anne, Professeure, HDR, Université de Genève, Rapporteure
Chevalier, Dominique, Maîtresse de conférences, HDR, Université Lyon II, Examinatrice
Regnauld, Hervé, Professeur, HDR, Université Rennes II, Examinateur
Vergnolle Mainar, Christine, Professeure, HDR, Université Toulouse II, Examinatrice
Lussault, Michel, Professeur, HDR, École Normale Supérieure de Lyon, Directeur de thèse
Hertig, Philippe, Professeur ordinaire, HEP Lausanne, Co-directeur de thèse

La soutenance sera suivie d'un pot auquel vous êtes cordialement invités. Merci de m'informer votre présence à cette adresse mail : sylvie.joublot-ferre@ens-lyon.fr

Résumé

Organisée en cinq mouvements, cette thèse en géographie culturelle, interroge l’habiter des adolescents à travers leurs pratiques spatiales, depuis les espaces domestiques jusqu’aux établissements scolaires, espaces publics, voire lieux des voyages, réels ou rêvés. L’étude est envisagée comme un moyen d’explorer la construction du rapport au monde des individus. Les adolescents sont abordés comme acteurs sociaux et spatiaux à part entière. L’enquête est conduite sur un terrain bi-national, franco-suisse, auprès d’adolescents âgés de 14 à 18 ans, scolarisés dans des établissements scolaires secondaires. La méthodologie de la recherche est inédite, en collectant des données selon plusieurs modalités. Interfaces individualisées et géolocalisation sont mobilisées au bénéfice de cartographies interactives. Des itinéraires commentés par les adolescents complètent des entretiens semi-directifs.

Au-delà des pratiques spatiales récurrentes à l’intérieur du groupe, d’évidence la singularité des géographies adolescentes s’énonce et confirme la pertinence du thème des individualités en géographie et l’intérêt des cartographies personnelles et des parcours individuels accompagnés. L’exercice d’une micro-géographie, au « ras du sol », a permis d’observer « à la loupe » les expériences, de voir les détails habituellement peu visibles, et de reconstituer non seulement la concrétude du vécu spatial, mais de dévoiler les ressorts et les réseaux des relations à l’espace dans toute leur complexité. Des concepts se sont imposés comme opératoires pour rendre compte des caractères de cette relation : la nostalgie, la renommée, le voisinage et la familiarité. La recherche met également en lumière les médiations de l’expérience spatiale individuelle, et les processus d’entrée en familiarité voire d’attachement aux lieux. Un référentiel de la capabilité spatiale est proposé, il repose sur trois catégories : les facultés sensorielles, les habiletés spatiales et les compétences socio-spatiales. Des pistes pour de nouveaux apprentissages à l’École appuyés sur l’expérience spatiale des élèves sont explorées.

L’enquête révèle la discontinuité de la présence et de l’attention au monde, mais également l’inégalité entre adolescents au plan des expériences et des compétences spatiales.  Ces constats préoccupants devraient conduire à engager une réflexion pour une nouvelle éducation géographique dans le contexte actuel des défis sociétaux et environnementaux en particulier du point de vue du vivre ensemble et du changement global. Les résultats de la recherche intéressent donc directement l’enseignement de la géographie. Il y a une urgence désormais de la géographie à l’École au bénéfice d’une réflexivité à l’égard des pratiques spatiales, d’une co-construction prospective de l’espace partagé, d’une éducation à l’attention et enfin, d’une conscience du monde commun.



mardi 7 janvier 2020

L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme


David BÉDOURET (2020). L’Afrique rurale des manuels scolaires de géographie : sortir de l’exotisme, collection Ruralités Nord-Sud, Presses universitaires du Midi.




Depuis les années 1950, les manuels scolaires de géographie dépeignent les espaces ruraux d’Afrique sans se dégager des représentations exotico-coloniales. Cet imaginaire inscrit dans une mythologie coloniale s’articule autour de quatre objets géographiques : la nature, le village, la société et les espaces agricoles. La résistance d’un regard exotique semble liée au système « manuel », générateur de blocages et d’immobilisme, mais aussi à la structure des discours dans laquelle les images et les mots s’allient pour « exotiser » ces espaces.
Des enquêtes menées auprès d’élèves du primaire et du secondaire, en France et en lycée français d’Afrique, complétées par des entretiens d’enseignants confirment que les manuels participent activement au processus de construction des savoirs sur l’Afrique en classe. De fait, les représentations exotico-coloniales se diffusent. Ainsi, la géographie scolaire produit une culture structurée autour d’espaces métonymiques. Cette pratique attribue à chaque espace une fonction pédagogique et didactique, ce qui revient à mettre en place une idée pour un lieu. Si cette technique a des valeurs pédagogiques indéniables, elle va à l’encontre d’une éducation à l’altérité prônée par les instructions officielles, car elle favorise le maintien de l’exotisme dans les discours. Pourtant, le travail de terrain montre que cette fabrication d’imaginaire exotique est conscientisée par les acteurs et que les déformations sont constitutives de l’acte d’enseigner. Par conséquent, l’exotisation est donc un processus paradoxal car il est à la fois un héritage colonial et le témoin d’une mauvaise orchestration de la classe, mais il est aussi un outil didactique et pédagogique opérationnel pour une éducation à l’altérité.

David Bédouret est maître de conférences en géographie à l’INSPE Toulouse Occitanie-Pyrénées, membre du laboratoire Géode UMR CNRS 5602. Ses recherches portent sur la didactique de la géographie, la construction des savoirs, l’imaginaire et les « éducations à » (EDD, altérité, risques).

Pour commander l'ouvrage : consulter le site des Presses universitaires du Midi


vendredi 20 décembre 2019

Dehors, j’apprends


Une ouvrage de Christine Partoune – Décembre 2019


Désormais, le monde peut être découvert par Internet et les enfants sont fascinés par les jeux électroniques. La plupart ne jouent plus dehors. On commence à mesurer les ravages de cette tendance sociétale : la perception empirique de l’environnement s’évanouit, les fantasmes et les peurs à l’égard de l’Autre prennent le pas sur la connaissance, de plus en plus d’enfants sont en surpoids et ont du mal à coordonner leurs mouvements, etc.

Pourtant, aller au contact de la nature, de la cité, et de leurs habitants dans la réalité tangible, est une expérience vitale pour le développement de l’enfant, que ce soit en famille ou à l’école. Connaitre par l’expérience concrète, affiner ses capacités de perception, cultiver sa curiosité, développer sa sensibilité et son attachement à l’égard de son milieu de vie, évaluer la qualité de l’environnement et contribuer à son amélioration s’apprennent mieux sur le terrain plutôt que via un tableau interactif.

Cet ouvrage est un plaidoyer pour que l’École prenne ces constats en considération. Il convient en effet d’adopter des changements structurels en formation initiale des enseignants pour que ces derniers adoptent la pédagogie extramuros –en dehors des murs de la classe. Il s’adresse aux responsables politiques de l’éducation, aux formateurs d’enseignants et aux enseignants, ainsi qu’aux animateurs qui proposent des activités d’éducation relative à l’environnement sur le terrain. Il intéressera aussi les parents en général et les personnes qui s’investissent dans la création d’une école alternative ou qui cherchent des repères pour choisir une école correspondant à leurs valeurs.

AUTEURE : Christine Partoune, avec la collaboration d’Hervé Bernard, Anne-Catherine Grodos et Gilles Meunier

EDITEUR : Edi.pro ©
Esplanade de l’Europe, 2 Bte 5 à 4020 Liège (Belgique)
http://www.edipro.info

Disponible à la librairie de la Maison de l’Environnement (rue Fusch 3, 4000 Liège) ou à commander en ligne sur https://www.edipro.eu/fr/home/415-dehors-j-apprends.html


vendredi 6 décembre 2019

Séminaire du projet ApprES « Espaces d’apprentissages » - Laboratoire ÉMA (École – Mutations – Apprentissages)


Le prochain séminaire aura lieu le jeudi 16 janvier de 14h à 16h 30 en salle B 018 à l’INSPÉ sur le site de Gennevilliers (UCP).


Ce sera l’occasion de faire le point sur des recherches en cours au sein de notre groupe. Quatre présentations seront suivies d’un temps de discussion :
  • Juliette FRANÇOIS et Isabelle GROSSETÊTE
    Enseigner / apprendre en 2020 dans une école construite en 1932
  • Pascal CLERC
    Quels espaces pour un projet d’éducation intégrale ? L’école Amorim Lima de São Paulo
  • Claire de SAINT MARTIN
    Les effets d’un espace d’apprentissage délocalisé : analyse d’un espace scénique
  • Julie DUVAL
    Géographie des dispositifs ULIS et pratiques inclusives
Pour plus d’informations : pascal.clerc(at)u-cergy.fr


La précédente journée d'étude AppES était consacrée aux liens existants entre les apprentissages et les lieux où ils se déroulent. Ces lieux facilitent-ils l’inclusion de tous les élèves ? Faut-il désormais sortir des écoles pour apprendre ? Doit-on repenser les salles de classes, les espaces dans l’école ou l’établissement ? En quoi les dispositifs spatiaux conditionnent-ils les apprentissages ? Qu’en est-il dans d’autres pays ?


mardi 3 décembre 2019

Raisonner en Géohistoire

Le site Gaïaclio vient de publier un travail sur le raisonnement en géohistoire avec des exemples issus des programmes du secondaire. Pour découvrir ce travail, cliquez ici.

lundi 18 novembre 2019

Penser les frontières des savoirs dans et sur le monde social


Quels apprentissages des élèves face aux enjeux contemporains ?

Une bonne partie des diaporamas des intervenants qui ont participé au Colloque international des didactiques de l'histoire, de la géographie et de la citoyenneté (26-28 juin 2019) sont disponibles en ligne sur le site de l'Université de Genève : https://www.unige.ch/didactiquesHGC2019/presentations-des-auteurs/

Atelier 1 : Apprentissages en dehors du contexte scolaire (1) - Modération : David Lefrançois


La visite extra-muros : pluralité des lieux et mode d'accès aux savoirs en géographie, Matthias Kowasch (HEP de Styrie) et Sylvie Joublot Ferré (HEP Vaud)

Atelier 2 : Le choix des savoirsModération : Marc-André Ethier
Quels savoirs pour quelles conceptions de la discipline ? L'histoire scolaire en Suisse romande : finalités théoriques et points de vue des élèves, Aurélie de Mestral (Université de Genève)

Enseigner les questions liées aux changements climatiques : défis et enjeux d'une nécessaire (dé)construction et reconstruction de savoirs pour agir sur le monde, Philippe Hertig (HEP Vaud)

Comment les futurs enseignants interprètent-ils les problèmes et les conflits contemporains ? 

Une enquête en formation initiale pour l'éducation à une citoyenneté globale critique, Neus González-Monfort & Antoni Santisteban (Université Autonome de Barcelone)

Atelier 3 : Représentations et pratiques - Modération : Charles Heimberg


Enseignante et chercheure en didactique, deux mondes en tension productive pour la connaissance des processus d'apprentissage ? Soizic Morvan (Université de Nantes)



Atelier 4 : Savoirs de sens commun et savoirs disciplinaires - Modération : Nadine Fink

Transcender les frontières entre les registres de savoirs : la géographie expérientielle, Pierre Colin, Sophie Gaujal, Florence Giry, Catherine Heitz & Caroline Leininger-Frézal (IREM de Paris)

L'apprentissage de l'histoire, entre différents registres de pensée, Christian Mathis (HEP Zurich) et Sabrina Moisan (Université de Sherbrooke)

Les historien.nes, les didacticien.nes, les enseignant.es, les élèves et la pensée historienne : frontières et processus d'"élémentation", Arnold Sosthène Meboma Ntouala (Université de Genève)

Atelier 5 : Quand les élèves enquêtent (1er étage) - Modération : Anne Sgard

Enquêter sur des sources et réfléchir sur l'enquête : un dispositif de problématisation en histoire au gymnase, Sylvain Doussot (Université de Nantes) et Etienne Honoré (HEP Vaud)

Apprendre à enquêter en géographie à l'école primaire. Etude de cas portant sur les déplacements pendulaires, Alain Pache (HEP Vaud)

Symposium 1 : Penser l'enseignement de l'histoire, de la géographie et de la citoyenneté au prisme des frontières du genre, Karine Duplan (Université de Genève), discutante

Former à une pédagogie de l'égalité, Isabelle Collet (Université de Genève)



Prendre place dans la cour et les couloirs : l’apprentissage de compétences spatiales genrées, Muriel Monnard (DIP Genève)

Quels enjeux et quelles pratiques pour une éducation à la sexualité non-genrée ? Gaël Pasquier (Université Paris Est Créteil)

Symposium 2 : L'enseignement de la géographie : entre découpages des savoirs et construction d’un curriculum de l’élémentaire à l’entrée à l'université. A partir du cas français, Philippe Hertig (HEP Vaud), discutant

Des finalités faiblement conçues pour une discipline géographique qui peine à penser en termes de curriculum, Sylvain Genevois (Université de La Réunion) et Jean-François Thémines (Université de Caen Normandie)

Ruptures et continuités dans les programmes de géographie du 1er degré, Xavier Leroux (Université d’Artois) et Philippe Charpentier (Université de La Réunion)

Du développement durable aux changements globaux et à la transition écologique : appréhender les changements environnements par le prisme sociétal, Caroline Leininger-Frézal (Université Paris Diderot), Florence Giry (ESPE d’Orléans), Eliane Perrin (Université Paris Diderot) et Christine Vergnolle-Mainar (Université Jean Jaurès)


Symposium 3 : Usages de la fiction, des humanités numériques et des nouveaux patrimoines en enseignement de l'histoire, David Lefrançois (Université du Québec) et Marc-André Éthier (Université de Montréal), discutants


La télévision en classe d’histoire, Alexandre Lanoix (Université de Montréal) et Olivier Côté (Musée canadien de l’histoire, Québec)

« Rome » : un usage mutuel de la série télévisuelle et des sources historiques pour enseigner un événement historique, Thierry Desjardins (Université de Montréal)

Usage du roman historique à travers deux modes d’accès aux savoirs : lecture littéraire et pensée historienne, Audrey Bélanger et Sabrina Moisan (Université de Sherbrooke)

Parcours de lecteurs dialectiques au secondaire en classe d’histoire, Jean-François Boutin et Virginie Martel (Université du Québec)

Le casse-tête : jouer à chercher avec des élèves non-lecteurs, Julia Poyet et Julie Noël (Université du Québec)


Table ronde : Agir sur le monde
Avec Jean-Charles Buttier (Université de Genève), Pascal Clerc (Université de Cergy Pontoise), Sabrina Moisan (Université de Sherbrooke)
                            Discutant : Charles Heimberg (Université de Genève)

Symposium 4 : Le témoignage oral entre mémoire et passé : ressource ou obstacle à l’apprentissage scolaire de l’histoire, Sabrina Moisan (Université de Sherbrooke), discutante


Le témoignage en classe ou auprès de la classe : avec quels apprentissages de la critique de sources ? Charles Heimberg (Université de Genève)


Atelier 6 : Quelles ressources pour construire le savoir ? - Salle MR 150 - Modération : Alexia Panagiotounakos


La branche chocolatée: quels sont les apports d'une matrice interdisciplinaire pour traiter de cet objet d'étude à l'école, Philippe Hertig (HEP Vaud), Philippe Jenni (Université de Genève), Alain Pache (HEP Vaud), Patrick Roy (HEP Fribourg)


Atelier 7 : Apprentissages en dehors du contexte scolaire (2) - Modération : Caroline Leininger


Apprentissages en montagne. Enjeux autour d'une éducation populaire récréative de plein air, Léa Sallenave (Université de Genève)

Atelier 8 : Construire un rapport critique aux savoirs - Modération : Bénédicte Girault


Le programme québécois d'éducation financière : une citoyenneté et un rapport à la justice sans agentivité ? David Lefrançois (Université du Québec), Cambron-Prémont Amélie (Université du Québec) et Marc-André Éthier (Université de Montréal)

Table ronde : D’où viennent les savoirs ?
Avec Dominique Chevalier (Université Lyon I), David Lefrançois (Université de Québec), Sylvain Genevois (Université de La Réunion). Discutante : Anne Sgard (Université de Genève)


L'enseignement en situation coloniale et postcoloniale. Perspectives croisées.


Appel à contribution pour un numéro spécial de la revue Tsingy :
Revue de Sciences humaines, Sud-Ouest de l’océan Indien (numéro 24).
http://revuetsingy.canalblog.com/

Responsable scientifique du numéro thématique
Pierre-Éric FAGEOL, Université de La Réunion, ICARE (EA 7389)

Comité d’expertise
Pascale BARTHELEMY, ENS Lyon, LARHRA (UMR5190)
Frédéric GARAN, Université de La Réunion, OIES (EA 12)
Claude PRUDHOMME, Université Lumière - Lyon 2, LARHRA (UMR5190)
Célestin RAZAFIMBELO, ENS Antananarivo, CIRD
Rebecca ROGERS, Université Paris-Descartes, CERLIS (UMR 8070)
Nathalie WALLIAN, Université de La Réunion, ICARE (EA 7389)

Argumentaire

L’histoire de l’enseignement en situation coloniale fait l’objet de profonds renouvellements (Barthélémy Pascale, 2010). La place désormais accordée aux acteurs (Labrune-Badiane Céline & Smith Étienne, 2018) et aux pratiques d’enseignement ouvre de nouvelles perspectives de recherche sur l’efficience d’une école coloniale qui dépasse le seul cadre de la mission civilisatrice et de la politique d’assimilation (Léon Antoine, 1991). Du curriculum prescrit au curriculum réel, des discours scolaires aux pratiques de classe, des cadres officiels de référence à l’émergence de nouvelles référentialités coloniales, les perspectives de recherche sont désormais à la croisée de divers champs convoquant tout à la fois une histoire sociale de groupes professionnels issus du milieu éducatif (Duteil Simon, 2009) et une histoire des fondements didactiques et pédagogiques de l’enseignement colonial. La circulation de modèles pédagogiques depuis les métropoles et entre les colonies interroge également les mobilités impériales et le rôle des acteurs sur les stratégies éducatives coloniales dans une perspective transnationale et trans-impériale (Rogers Rebecca, 2019 ; Matasci Damiano, 2015).

Les propositions pourront s’insérer dans une ou plusieurs des thématiques suivantes :
- Adaptation de l’enseignement au milieu colonial,
- Pratiques de classes et supports d’enseignement,
- Évaluation des élèves, des enseignants et des dispositifs,
- Témoignages et récits des acteurs,
- Formation des maîtres et des enseignants,
- Le rôle des missions et des acteurs religieux,
- Héritages postcoloniaux.

Tout en prenant en compte les particularités de l’océan Indien, les propositions émanant d’autres aires coloniales permettront d’établir d’utiles comparaisons.

Modalités et calendrier
Les propositions d’articles sont à envoyer à Pierre-Éric FAGEOL (pierre-eric.fageol@univ-reunion.fr) et Frédéric GARAN (frederic.garan@univ-reunion.fr) pour le 10 janvier.
Si votre proposition est retenue, les articles seront à envoyer pour mi-juillet en vue d’une publication lors du second semestre 2020.

Références bibliographiques

  • Barthélémy Pascale, « L’enseignement dans l’Empire colonial français : une vieille histoire ? », Histoire de l’éducation, n°128, 2010.
  • Duteil Simon, Enseignants coloniaux. Madagascar, 1896-1960, Thèse de l’université du Havre, 2009.
  • Labrune-Badiane Céline & Smith Étienne, Les Hussards noirs de la colonie - instituteurs africains et « petites patries » en AOF (1913-1960), Paris, Karthala, 2018.
  • Léon Antoine, Colonisation, enseignement et éducation, Paris, L’Harmattan, 1991.
  • Matasci Damiano, L’école républicaine et l’étranger, Lyon, ENS Éditions, 2015.
  • Rogers Rebecca, « Conversations About the Transnational : Reading and Writing the Empire in the History of Education », dans Eckhardt Fuchs & Eugenia Roldán Vera, The Transnational in the History of Education. Concepts and Perspectives, Londres, Palgrave Macmillan.

lundi 11 novembre 2019

Blog "Enseigner la géographie" de Bénédicte Tratnjek


Blog Enseigner la géographie :
http://enseigner-la-geographie.jimdofree.com/blog/


Site d'échanges de ressources (lectures, séquences /séances didactiques, pratiques pédagogiques) autour de l'enseignement de la géographie (primaire et secondaire) réalisé par Bénédicte Tratnjek.
 
Ce site a trois objectifs principaux :
  • La partie "blog" complète la démarche de la page Facebook "Enseigner la géographie" (accessible sans compte, lancée en mai 2019) en proposant un support plus pérenne, permettant de retrouver les partages de ressources par rubrique et par mot-clef. Le blog comporte plusieurs rubriques :
    • Voir / Entendre : des partages de ressources cartographiques, radiophoniques, infographies, etc.
    • Lire : des partages autour de publications (articles, billets de blogs, ouvrages),
    • Enseigner : des partages de ressources didactiques ou pédagogiques touchant à l'enseignement de la géographie,
    • GéoActu : Des billets d'analyse plus approfondis autour d'une actualité (médiatique, scientifique, événementielle, etc.),
    • Géofiche : des fiches de synthèse sur des points précis de la géographie (rubrique à venir à l'été 2020).
  • Le partage de méthodes à destination des élèves pour l'enseignement de la géographie dans le primaire et le secondaire.
  • Dans un second temps (été 2020), le site accueillera le plus possible des ressources permettant des adaptations (différenciation pédagogique, adaptation aux élèves à besoins spécifiques, etc.) spécifiques à l'enseignement de la géographie (et notamment aux difficultés que peuvent poser certains troubles dans la transmission du langage cartographique).

Parmi les articles déjà consultables :

dimanche 13 octobre 2019

Anthropolgie et géographie : dialogues passés, présents et futurs


Anthropology and Geography : Dialogues Past, Present and Future 


http://www.therai.org.uk/conferences/anthropology-and-geography/

BRITISH MUSEUM/SOAS/RGS, 4-7 JUNE 2020

The Anthropology and Geography : Dialogues Past, Present and Future conference is jointly organised by the RAI, the RGS, the British Academy, the Department of Anthropology and Sociology at SOAS, and the BM’s Department for Africa, Oceania and the Americas. The conference will be held in SOAS, Senate House, and the Clore Centre of the British Museum. The opening, keynote lecture will take place at the RGS on the evening of 4 June.

The RAI believes that anthropology and geography should be close, all the more so as the two disciplines have so much in common, both today and in the past. It hopes very much that through this conference, existing dialogues can be explored and further conversations take place on a host of vital issues including the Anthropocene, definitions of ethnology, methodology and fieldwork, contemporary understanding, education and public awareness, and the place of our disciplines in the modern world. We hope equally that this will lead to a shared intellectual understanding of our past and the emergence of the two disciplines, and an even closer engagement in the future, particularly in terms of emerging fields of mutual interest: e.g. digital media, geospatial mapping, and satellite photography.

Informal enquiries may be made to info@therai.org.uk

Call for Panels opens 1 May 2019 and closes 2 September 2019

Call for Papers opens 23 September 2019 and closes 8 January 2020 Registration opens 24 February 2020

Please consider submitting a proposal for our panel below.

Title of the panel : What sort of collaborations between geography and anthropology when teaching in schools ? (And not only). 

http://nomadit.co.uk/conference/rai2020#8361

Convenors : Philippe Charpentier, Georgeta Stoica, Cufr Mayotte

Long abstract :

What sort of collaborations between geography and anthropology when teaching in schools ? (and not only) This panel will search to explore the different forms of collaborations that (may) exist between geography and anthropology when geography is taught as a discipline to the future generations (elementary, secondary but also post-graduate schools or university) and when anthropology has to find a better place. We invite proposals for papers exploring research-oriented, theoretical papers, historical practices, creative collaboration, practices testimonies in relation to the way we teach geography and/or anthropology. Here are some questions in relation with this panel that we would like to address : What empirical and theoretical methodologies are used to permit this collaboration by the teachers ? For what questions do the teachers use concepts, methodologies from the anthropology when they teach geography ? Why is it important to use anthropological method, concepts, questions when we teach geography ? What are the actual geographic themes taught in the schools that have an anthropological background (for instance, the geographic notion of "l'habiter" in the french primary school program).

How to apply :

All proposals must be made via the online form that can be found on each panel page.

Proposals should consist of a paper title, a (very) short abstract of <300 characters and an abstract of 250 words. On submission the proposal, the proposing author (but not any co-authors listed) will receive automated email confirming receipt. If you do not receive this email, please first check the login environment (click login on the left on the conference website) to see if your proposal is there. If it is, it simply means confirmation got spammed or lost; and if it is not, it means you need re-submit, as process went wrong somewhere.

Proposals will be marked as pending until the end of the Call for papers. Convenors will then be asked to make their decisions over the papers proposed to their workshop by 20 January 2020 and to communicate those to the proposers, marking them up within the login environment (Cocoa). Papers which are neither accepted nor rejected, but marked for 'transfer', will then be considered by the Conference Committee to see where else they might fit in the conference programme. There is no guarantee that such papers can be re-housed. We aim to resolve all transfers by 21 February 2021.

Timing of presentations :

Convenors are reasonably free to run their sessions as they like, but the norm is to allot each presenter a maximum of 20 minutes (for presentation and questions/discussion). The key is to respect the fact that many presenters have travelled a long way in order to be able to contribute and clearly need time to set out their argument.